L’art du parDon

Savoir parDonner est un art non indifférent de notre existence dans le monde. C’est un don que nous faisons à notre Vie, en nous libérant des liens malsains avec le passé. Oui, car le parDon est un thème qui nous rattache au passé, à la culpabilité de ce qui a été là, à être convaincu, poussé par les codes du système de croyance, que nous ne pouvons plus agir sur ce qui s’est passé.

Continue reading « L’art du parDon »

Le véritable Ennemi habite en moi.

L’un des aspects fondamentaux du travail des constellations familiales est de se libérer à l’intérieur, car l’extérieur n’est que la projection ou l’extension de notre intérieur.

Le véritable ennemi vit et se cache à l’intérieur de notre corps et utilise l’esprit comme une tour de contrôle. C’est un véritable parasite qui se nourrit de nos émotions négatives. Il se réjouit et entretient notre mal-être, ce qui nous pousse à nous poser la question de quelle est notre place dans ce monde.

De quoi est fait ce parasite ? Tout d’abord, de notre système de croyance. Ce système auquel nous avons été formés et domestiqués depuis l’état utérin, afin d’appartenir au clan familial et au rêve de la société. Mais est-ce le nôtre?

En plus du système de croyance, il y a le Juge-Censeur. Ce dernier agit avec force sur nous, en nous disant oui ou non, ceci est bien ou mal, met dans des cases ou colle des étiquettes qui sont basés sur le Grand Livre du Système de croyance. Mais de cette façon, qui sommes nous ? Sommes-nous vraiment nous et au service de la vie et de l’âme essentielle ? Absolument pas!

Il y a aussi un autre élément important dans la configuration de ce parasite interne : notre victime intérieure. Celui-ci utilise ses propres traumatismes afin de se sentir vu et, brandit la bannière de la douleur passée pour trouver sa raison d’être.

Je connais bien cette histoire et c’est une lutte quotidienne. Une lutte pour lâcher le passé. J’existe aujourd’hui, chaque jour et à chaque instant je dessine à nouveau mon avenir en toute liberté. Chaque être vivant est né pour être libre afin de choisir et de marcher chaque jour dans sa propre direction. Nous ne sommes pas venus au monde pour faire plaisir à son clan, à la société, à un homme, une femme ou à qui que ce soit. Seulement pour nous-mêmes. C’est complexe, dur et même difficile, je sais, mais cela peut être fait surtout si nous le faisons avec les autres qui sont si précieux comme si ils étaient d’autres moi. Quand je comprends cela, je peux reconnaître leur précieuse valeur.

La relation, quand elle est vertueuse et de valeur, se révèle être comme une molécule sociale qui peut déclencher un changement. Partant de ma relation avec moi, je comprends que si je crée d’abord une relation de valeur avec moi-même, je crée des liens vertueux également avec les autres. C’est à partir de là, que je crée des vagues de relations vertueuses. Mais cela est possible et devient réel que lorsque j’entreprends un travail interne avec moi-même, par la relation avec l’autre.

En observant notre fonctionnement et en l’absence de jugement, nous pouvons voir à quel point nous prenons les choses sur le plan personnel et les nombreuses hypothèses que nous créons sur les autres. Si nous n’étions pas gouvernés par ce parasite interne, nous ne serions pas à la merci de ces comportements dépendants. Chacun de nous a un rôle actif dans la relation, car il y a une interaction et un échange avec l’autre. Le point crucial est que chacun de nous a le pouvoir et la responsabilité d’influencer positivement ces liens. Nous prenons les choses personnellement quand nous décidons de prendre pour vérité ce qui vient de l’extérieur. En effet, lors d’une dispute, nous ne comprenons pas le fait que la personne en face parlait, ou hurlait avec nous alors qu’il parlait de lui-même. Tout le monde est un monde !

C’est un sujet très important qui, s’il était compris et diffusé, entraînerait un grand changement dans les sociétés et les environnements dans lesquels nous vivons chaque jour. Pendant des siècles, nous avons justifié et supposé l’existence de ce parasite. En réalité, nous sommes la première génération de notre arbre généalogique qui a commencé à réaliser son existence grâce aux informations qui lui sont parvenues et nous avons décidé d’activer un changement au bénéfice de l’arbre entier, pour les générations passées et futures. Il ne s’agit pas d’ajouter des péchés à ceux qui nous ont précédés. Ils ont également subi le même processus et ont fait de leur mieux avec les outils dont ils disposaient. Mais la victime interne aime tellement blâmer les autres.

Le moment est venu de commencer à nettoyer, ranger et à reprendre votre place. Il est nécessaire de rendre au passé ses souffrances et aux autres leurs responsabilités et leurs fardeaux, car chacun est né avec la force et la capacité de porter les siens. Oui, le moment est venu d’activer un changement en commençant par nous au travers du précieux outil de la relation. Si nous ne le faisons pas, nous risquons de créer des relations de dépendance de l’autre ou nous nous enfermons dans la dynamique de notre parasite et dépendons totalement de lui. Les relations saines et vertueuses sont celles où nous nous sentons nourris au cœur par l’expérience de la co-création.

Dernièrement, l’univers m’a apporté les merveilleux livres de l’écrivain Mexicain Don Miguel Ruiz, et l’une des pages de ses livres décrit ce concept: nous, êtres humains, nous nous punissons encore et encore pour une seule erreur et punissons les autres encore et encore pour une seule erreur, mais pour une question de justice, le prix n’est payé qu’une fois ! Mais c’est le jeu de la victime qui est amoureuse de sa douleur et dont elle tire sa force. Lâcher prise de cette douleur peut déclencher une souffrance si intense qu’elle bloque le gros intestin. Cela se produit parce que le parasite de la tour de contrôle mental influence les processus émotionnels et corporels. Son influence est si forte qu’elle s’intègre dans notre dynamique relationnelle aux mille projections que nous nous faisons de l’autre. Chacun de nous a le droit sacré d’être tel qu’il est, non seulement nous, mais aussi les autres, car s’il est vrai que « je suis fait ainsi », il en va de même pour l’autre. Il y a encore un autre point essentiel dans ce discours. Tout comme personne ne peut nous rendre heureux, car le vrai bonheur ne peut émerger que de l’intérieur, il est également vrai que personne ne peut nous rendre malheureux.

Ce parasite interne agit de manière encore plus subtile et violente. C’est un véritable ennemi dans nos entrailles, nourri de génération en génération au cours d’un processus de domestication qui dure depuis des siècles. Vouloir se différencier des règles d’appartenance, pourrait signifier une condamnation à l’enjeu. Et encore aujourd’hui, qu’est-ce qui a amené son existence dans la société ? Afin de créer un ennemi externe, plutôt que de faire face à celui interne ! Un bouc émissaire. Une fois les Juifs, une fois les Roms, une fois les homosexuels, une fois les Musulmans, une fois… il y aura toujours un « une fois » pour quelqu’un jusqu’à ce que les guerriers de la lumière et de l’amour inconditionnel ne commencent à se manifester dans le monde et agissent ensemble dans une unité de cœur. Le parasite interne se nourrit de notre douleur et fait avancer les guerres mondiales avec son poison.

Je peux choisir d’arrêter de le nourrir, parce que si je cesse de le nourrir sans nourriture, il meurt. Et s’il meurt, je me donne le droit de renaître.

La lumière vert des relations

S’ils étaient des fils, les relations nous uniraient tous par des fils de lumière.

ils de lumière qui relient les cœurs avec les cœurs et les ventres avec les ventres, ou les ventres avec les têtes et têtes avec des coeurs. Certaines lumières auront une intensité différente en fonction de la profondeur de la relation.

Si nous supprimons le « Si ils étaient » et acceptons les fils de lumière comme une manifestation invisible de la réalité des relations, nous ouvrirons nos cœurs à un espace de vitalité vraiment vaste.Nous existons dans un réseau d’individus interconnectés, de celui que chacun de nous a avec son arbre généalogique à toutes les autres relations activées et cultivées au contact après contact avec l’expérience l’existence.

Nous sommes responsables de nos mouvements internes et de nos actions externes, nous les créons à un niveau de conscience plus profond et plus large au-delà de la sphère de l’intellect. Ces mouvements et actions ont un pouvoir d’influence sur le grand réseau de notre environnement.Il existe une théorie, appelée « Les six degrés de séparation », selon laquelle chaque personne est liée à une autre personne par une chaîne de relations ne dépassant pas le nombre de six personnes impliquées. Entre nous et quiconque, il y a tout au plus 6 passages relationnels. Une connexion constante qui ne connaît pas les limites de l’espace et du temps.Les connexions changent en fonction de la qualité des relations. Par exemple, il existe de véritables relations de cœur à cœur, celles qui se manifestent entre des âmes lumineuses dans le domaine de l’énergie du sacré féminin, ou relations ventre à ventre, instinctives etintuitif et souvent lié à notre enfant intérieur, le masculin sacré exerce son expression maximale dans le mental, nous le retrouvons beaucoup dans les relations de travail, professionnelles, mais pas seulement, car le mental et le masculin exercent une forteinfluence sur la façon de connaître et de communiquer avec le monde extérieur. Le mental est l’instrument de défense de nos peurs, c’est pourquoi la dynamique dans laquelle vivent de nombreux couples devient souvent tête-cœur.

Ici, cependant, nous atteignons un aspect essentiel et saillant de notre responsabilité créatrice dans les relations: j’ai le pouvoir de décider quelle énergie nourrir ce fil de lumière qui me lie aux autres. Je peux toujours décider, et avec un état vital élevé, je peux maintenir
cette constance exigeante.

La méditation est un support très valable pour activer les processus de visualisation internes, en plus d’être, la méditation, la représentation mystique du pont de communication que nous activons entre le conscient et l’inconscient.

Un autre point important du processus relationnel réside dans le fait que la qualité des relations que j’exprime horizontalement, c’est-à-dire avec tous mes pairs, est directement proportionnelle à la qualité des relations que j’exprime dans la verticalité de mon arbre généalogique.
Faire la paix et éclairer des relations dans son propre arbre, reprendre sa place, est un pas historique pour l’âme incarnée qui, guidée par la lumière de l’âme essentielle, a été capable de se lancer dans un voyage révolutionnaire en elle-même.

Donc, si j’accepte celui mentionné ci-dessus, je peux reconnaître que cette transformation des relations entre mes branches généalogiques aura une influence positive sur toutes mes relations, internes et externes au Clan Familial.

La joie de vivre trouve son expression et son témoignage d’exister, à travers la qualité de cette lumière qui unit.

Essayez de faire ce petit exercice de méditation. Fermez les yeux et commencez à imaginer ces fils de lumière qui vous unissent aux autres. Commencez avec vos parents et grands-parents si vous voulez, même un oncle, puis un frère, une soeur, un cousin, des amis ou des collègues de travail. Enfin les enfants ou petits-enfants, les générations futures.De quelle couleur est la lumière des fils qui vous unit à eux et quelle est son intensité? Ensuite, essayez de savoir de quelle partie de vous la lumière provient et d’où elle vient.La méditation est un processus d’écoute et d’observation sans jugement. Il s’agit d’un regard plus profond sur la vision superficielle de notre vie quotidienne, qui, si nous ne sommes pas formés, nous conduit seulement à nous dépêcher d’observer le corps des événements et des autres. Au lieu de cela, alors que notre vie quotidienne existe, sous le corps se trouve un tissu précieux fabriqué à partir des intrigues et des chaînes de nos relations, des fils de lumière qui s’entrecroisent pour se croiser. Fils légers ou colorés, fils plus minces et autres plus semblables aux faisceaux.

Enracinée devient fondamental. Je parle justement de nous enraciner comme des arbres sur le sol, en dirigeant le sacré vers ce magma essentiel du centre de la terre, enraciné celà, où habiterait toute les relations. Un lieu est un indice précieux pour habiter la Vie et, grâce au Clan, s’y ancrer .Donc, ancrez-vous!
La couleur du chakra du coeur est vert émeraude et sa lumière est aussi.
Retournez au fil de la lumière dans vos relations. Entrez dans votre coeur et visualisez le feu vert qui émane. Souriez à tant de beauté! Le vôtre beauté. Inspirez sa lumière verte et retenez votre souffle un peu, sans bloquer ni fermer la gorge. Puis expirez toute cette lumière et inondez chaque canal de vos relations. Illuminez chaque rayon de lumière vert émeraude et imaginez le visage souriant des autres. Inspirez et expirez plusieurs fois de la même manière, en retenant l’inspiration un peu avant d’exhaler la lumière, jusqu’à ce que vous les ayez tous embrassés. Et après cette merveilleuse offre de sourires, restez! Vous écoutez ce qui se passe, sans action interne. Vous recevez, accueillez dans le coeur avec le même sourire.

Si vous pouvez faire cette méditation tous les jours pendant 21 jours, vous pourrez observer plus rapidement les effets bénéfiques sur votre environnement et dans la qualité de vos relations.

Dans le chemin que je propose avec les Constellations familiales, nous proposons d’aller et de dénouer les nœuds qui nous empêchent de nous aligner pour prendre racine, nous retrouvons notre place en redonnant aux autres leur soutien en faveur du sain flux de l’amour. Un enfant au début ne peut que prendre. Les trois premières années de la vie sont faites presque exclusivement pour cela, entre autres. Déjà dans l’utérus maternel et avec le canal de liaison avec la mère représenté par le cordon ombilical, l’enfant intègre et inclut de nombreuses informations et établit les premiers pactes fondamentaux avec le clan. C’est l’amour absolu et omnipotent de l’enfant qui le pousse à le faire.

C’est précisément dans cet espace protégé que l’âme essentielle devient une âme incarnée. L’âme essentielle, qui existe dans le seul but de manifester la lumière, n’abandonnera jamais l’autre elle-même, l’âme incarnée. Et c’est à travers les pactes avec le clan de l’incarnation que l’âme, toujours connectée à la Vie, la Grande, peut manifester cette lumière dont elle est toujours parfaitement dotée.